<< Retour aux actualités

Point Marchés Hebdo

L’aversion au risque a poursuivi sa progression cette semaine sous l’effet de plusieurs facteurs. L’approche des élections françaises tout d’abord, dont l’issue apparaît de plus en plus incertaine. Les quatre principaux candidats recueillant désormais environ 20% des intentions de vote chacun, l’éventualité d’un second tour Jean-Luc Mélenchon/Marine Le Pen devient une possibilité. Les inquiétudes géopolitiques ensuite, avec les tensions liées à la Corée, à la Syrie et à l’Afghanistan. Les dernières déclarations de Donald Trump enfin, qui prennent l’exact contre-pied de ses promesses électorales, notamment sur le dollar, les taux d’intérêt, la Réserve fédérale américaine, les relations internationales…

La volatilité de l’Euro Stoxx 50 a ainsi cassé à la hausse le seuil de 25% pour la première fois depuis les élections américaines de novembre dernier. Dans ce contexte, les marchés actions consolident logiquement en baisse. Les investisseurs réduisent le risque de leurs portefeuilles comme cela avait été le cas l’an passé avant le Brexit et les présidentielles américaines. Les valeurs bancaires sont plus particulièrement pénalisées malgré les bons résultats publiés par les banques américaines (notamment J.P.MORGAN et CITI). Particulièrement exposées en cas d’élection d’un candidat extrémiste, elles souffrent de plus de l’aplatissement de la courbe des taux et du ralentissement de la distribution de crédit aux Etats-Unis.

Dans le même temps, l’or, le yen, les obligations souveraines américaines et core européennes progressent sensiblement. Pour autant, les messages des différentes classes d’actifs continuent d’être relativement contradictoires. La hausse des actifs émergents (devises, actions et obligations), la baisse du dollar et la stabilité des spreads high yield sont en effet antinomiques avec la hausse de l’aversion au risque.

Sauf en cas de victoire d’un candidat extrémiste aux présidentielles françaises, les indices européens conservent une marge d’appréciation dans un contexte de redressement de la croissance économique et de révisions bénéficiaires haussières.

Echiquier Agressor Echiquier Entrepreneurs Echiquier Agenor Echiquier Major Echiquier Value Echiquier Global
-0,88% -0,23% -0,26% 0,56% -1,15% -0,75%
Echiquier ARTY Echiquier Patrimoine Echiquier Oblig Echiquier Dividende Echiquier Global Convertibles  Echiquier Convertibles Europe
-0,06% -0,22% -0,07% -0,44% -0,24% -0,02%
CAC 40 . CAC MID & SMALL CAC SMALL DAX DJ EU STO 50 STOXX 600
-1,25% -0,59% -2,30% -0,95% -1,36% -0,18%
MSCI EUROPE DOW JONES . S&P 500 NASDAQ MSCI WORLD €
-0,27% -0,98% -1,13% -1,24% -0,80%

 

Malgré le ton particulièrement prudent de son Président-directeur général, Bernard Arnault, en début d’année, LVMH publie d’excellents résultats trimestriels. Avec +13% de croissance organique, le groupe bat ainsi les attentes les plus élevées. Toutes les divisions affichent une croissance organique supérieure à 10% sur le trimestre. On notera surtout l’excellent +15% de la division Mode & Maroquinerie, très bien margée. La lecture croisée est positive pour l’ensemble du secteur : la bonne dynamique du secteur du luxe se poursuit et la reprise du secteur horloger prend forme. La valeur est présente dans les fonds Echiquier Global et Echiquier Major.

Après une année 2016 record (chiffre d’affaires de +13,6% à changes constants, résultat d’exploitation courant de 111 millions d’euros, soit +40%), MGI COUTIER indique que 2017 sera une année de transition avec un chiffre d’affaires en hausse de 4-6% et un résultat d’exploitation courant stable, en raison des coûts de lancement de 6 nouvelles usines et d’un alignement de planètes sans précédent l’an dernier. Nous retenons de la stratégie de long terme de la société qu’elle évite de se disperser en se focalisant sur 10 clients stratégiques, à qui elle tente de vendre un maximum de produits de sa gamme : en se basant sur ce postulat et sur des parts de marché cibles de 30%-40% sur chacune des lignes de produits, le potentiel long terme du chiffre d’affaires est de 3-4 milliards d’euros contre un peu moins d’1 milliard aujourd’hui. Echiquier Value conserve sa position.