Votre avis compte !
Aidez-nous à améliorer le site lfde.com en répondant à notre questionnaire.

<< Retour aux actualités

Comment disposer de liquidités sans toucher à ses placements ?

 

Faut-il vendre des titres de son portefeuille de valeurs mobilières pour disposer de liquidités ?

Pas nécessairement. Les établissements de crédit peuvent, sous certaines conditions, prendre en garantie un compte-titres, un PEA, un contrat d’assurance-vie… pour octroyer un crédit. Vous évitez ainsi d’effectuer des ventes au sein de votre portefeuille, source éventuelle de fiscalité, pour financer vos projets.

Qu’est-ce que le nantissement d’un portefeuille ?

Le nantissement de valeurs mobilières est souvent mis en place pour garantir un prêt bancaire. Ce contrat par lequel une personne remet un bien en garantie (un portefeuille boursier par exemple) à un créancier (établissement de crédit) permet à l’établissement prêteur d’être remboursé en cas de défaillance de l’emprunteur.

Le nantissement d’un portefeuille est réalisé dans le cadre d’une convention tripartite entre l’emprunteur, la banque prêteuse et l’établissement où sont logés vos placements. Cette convention précise l’étendue des pouvoirs de gestion dont dispose l’emprunteur sur ses placements. La vente de titres, par exemple, peut être soumise à l’autorisation préalable de l’établissement prêteur.

Quels sont les avantages du nantissement ?

L’intérêt de nantir un placement financier est d’obtenir un prêt tout en conservant ses placements en l’état. La technique du nantissement vous dispense d’une fiscalité liée à d’éventuelles cessions au sein de votre portefeuille ou de votre contrat d’assurance-vie.  Elle peut également vous éviter d’apporter d’autres garanties au crédit. Pour un crédit immobilier, par exemple, vous éviterez des frais d’une hypothèque ou ceux d’une assurance décès, onéreux lorsque l’emprunteur est âgé.

Quel montant peut-on emprunter ?

Le montant de l’emprunt accordé dépend de la valorisation du portefeuille et de la nature des investissements qui le composent. Si votre portefeuille est investi de manière dynamique, l’établissement de crédit peut prêter jusqu’à 65% de la valeur des placements. Si vos investissements sont prudents, la somme prêtée pourra être de l’ordre de 80%. Attention, si ces ratios ne sont plus respectés (variation à la baisse de votre portefeuille), une « clause d’arrosage » peut vous contraindre à maintenir à niveau votre portefeuille (versement complémentaire ou remboursement partiel du crédit).

Existe-t-il un autre moyen pour disposer de liquidités ?   

A côté du nantissement mis en œuvre par un établissement de crédit, vous pouvez aussi contacter votre assureur pour obtenir une avance sur votre contrat d’assurance-vie. L’avance permet d’obtenir des capitaux sans mettre fin au contrat. Il s’agit d’un prêt accordé par l’assureur sur la valeur de votre contrat, moyennant un taux d’intérêt. Pendant la durée de l’avance, les supports d’investissement continuent de se valoriser sur votre contrat.  Limitée dans le temps, l’avance doit être remboursée dans un délai assez court, au risque d’être requalifiée. Le montant de l’avance accordée est plafonné. Il ne peut dépasser, en général, 80% de l’épargne disponible pour les contrats en euros et 50 % pour les contrats multisupports.

Le nantissement d’un portefeuille, d’un contrat d’assurance-vie ou l’avance constituent des solutions simples et peu onéreuses pour libérer une ligne de crédit tout en continuant à bénéficier de la revalorisation de ses investissements. Attention toutefois à la liberté que vous laisse l’établissement de crédit : celle-ci doit être suffisante pour gérer activement votre épargne pendant la durée du prêt.