Votre avis compte !
Aidez-nous à améliorer le site lfde.com en répondant à notre questionnaire.

<< Retour aux actualités

Le point sur Echiquier ARTY

En ce mois de mai 2018, Echiquier ARTY fête ses 10 premières années d’existence. Malgré les crises de 2008, de l’euro, des banques européennes ou de la Grèce que votre fonds a traversées, son univers d’investissement est resté inchangé, avec des produits simples et transparents : actions, obligations et billets de trésorerie d’entreprises européennes.

Mobilité, flexibilité et valeur relative sont caractéristiques de son mode de gestion. Avec une performance cumulée de plus de 60% sur ces 10 années, Echiquier ARTY a offert un rendement annuel supérieur à 4,90%.

Les opérations

conjoncturelles

Alors que la saison des publications de résultats du premier trimestre des entreprises touche à sa fin, la vigueur du cycle européen des derniers mois se constate dans les chiffres. Malgré une hausse de l’euro de près de 15% sur un an à la fin du trimestre, les bénéfices par actions ont crû de 33% sur un an en Europe. Cela justifie un taux d’investissement en actions d’Echiquier ARTY proche des 30% en moyenne depuis le début de l’année. La récente stabilisation du cycle européen milite cependant pour une croissance des résultats sur l’ensemble de l’année plus proche des 8% à 10%. Les récents développements politiques en Italie ou en Espagne peuvent également peser sur la confiance.

Sur les 12 derniers mois, nous avons acheté 13 nouveaux dossiers et en avons sorti 8. Echiquier ARTY a été particulièrement actif dans le secteur des télécoms. Si nous avons cédé BOUYGUES et VODAFONE, nous nous sommes positionnés sur ALTICE. Le redressement opérationnel de SFR en France est clef pour le groupe de Patrick Drahi. Si la dynamique commerciale est indéniablement positive sur les 2 derniers trimestres, elle s’est réalisée dans un premier temps au détriment de la marge. La scission des activités européennes et américaines sera l’occasion pour le marché de mieux appréhender le potentiel de chaque entité.

Fidèle à sa stratégie, Echiquier ARTY a été particulièrement mobile dans la poche obligataire : nous avons vendu 22 lignes et acheté 66 nouvelles pour un portefeuille d’environ 180 obligations et moins d’une centaine d’émetteurs. L’année 2018 s’annonce délicate sur le crédit. Si de nombreuses entreprises européennes vont venir se présenter sur le marché primaire, les investisseurs se montreront plus sélectifs. Les primes de risque se sont en effet considérablement resserrées sur les dernières années et les opportunités criantes se font rares.

Fondamentales

Plus généralement, l’incertitude demeure sur le marché des taux. Si la Réserve fédérale américaine poursuit sa politique de remontée graduelle et régulière des taux courts, la Banque centrale européenne se trouve dans une situation plus délicate. L’inflation toujours faible et le ralentissement récent du momentum de croissance en zone euro pourrait contrecarrer ses plans de sortie de sa politique d’assouplissement quantitatif. Le maelström actuel de la politique italienne ne lui facilitera pas la tâche. Nous maintenons néanmoins notre politique de duration courte, à savoir une sensibilité très faible aux mouvements des taux. Le portefeuille est en effet couvert en partie par la vente de contrats futures sur le Bund. Sauf aggravation dramatique de la situation, nous tablons toujours sur une sortie du quantitative easing pour la fin de cette année, la première hausse des taux courts n’intervenant pas avant le deuxième semestre 2019.

Depuis bientôt un an, Echiquier ARTY continue de tourner sa poche actions vers le cycle européen (THYSSENKRUPP, SAINT-GOBAIN, secteur automobile…) et a allégé l’exposition à l’économie britannique (VODAFONE, EUROTUNNEL). Après un gain de plus de 65%, nous avons sorti SWATCH et acheté SALVATORE FERRAGAMO pour rester exposés au secteur du luxe. Cette marque familiale sous-exploitée pourrait voir un jour son capital évoluer. Nous avons également acheté AXA juste après l’opération XL GROUP. Si la taille et le prix ont pu surprendre le marché, son financement est déjà bouclé. Nous sommes confiants dans la rationalité de cette acquisition, dans l’ampleur des synergies et la génération future de résultats.

Stratégie d’investissement

A l’orée de sa 11e année, votre fonds n’entend pas bouleverser sa stratégie de gestion : sélection de titres actions et obligations ainsi que mobilité dans l’allocation restent fondamentales. Même si le chemin sera heurté, au gré des soubresauts du risque politique européen, la remontée des taux reste notre scénario central. Sur les actions, l’attrait relatif de l’Europe en termes de valorisation et la dynamique de croissance des résultats des entreprises constituent d’indéniables facteurs de soutien.