Rolando Grandi

Tous les chemins mènent à l'IA

« Le voyage est une espèce de porte par où l’on sort de la réalité pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve« , écrivait Maupassant. Plus d’un siècle plus tard, cette réalité inexplorée prend une nouvelle dimension pour l’industrie du voyage qui entame une mue profonde, façonnée par l’intelligence artificielle (IA).

Le sourire est la clé

Dans « l’hôtel du futur », la clé déverrouillant la serrure intelligente de votre chambre est votre sourire. Votre voix commande la lumière, un robot room service vous livre vos commandes à toute heure. Ces smart hotels ultra-connectés existent déjà en Chine, où le géant du e-commerce ALIBABA qui veut révolutionner l’hôtellerie a ouvert en 2019 un hôtel entièrement automatisé et robotisé à Hangzhou. D’autres ont ouvert leurs portes à Shanghai, en collaboration avec l’appli WeChat. De votre smartphone, avec lequel vous avez réservé la (smart) chambre, choisi son orientation et sa décoration, vous effectuez check-in et check-out et commandez aussi bien l’ascenseur qu’un canard laqué au restaurant.

De nouvelles invitations digitales

L’IA offre un éventail de prestations et services, qui sont autant de leviers de productivité pour le secteur du voyage auquel la transformation numérique devrait apporter plus de 300 milliards de dollars entre 2016 et 2025[1] .

La vague du digital redessine le visage du tourisme et réinvente l’expérience clients. Si la pénétration croissante de l’automatisation et de la robotisation s’accélère, l’analyse des données et l’analyse prédictive révolutionnent l’industrie du voyage, de l’aéronautique à l’hôtellerie. Les plateformes de réservation ont muté grâce au machine learning et aux réseaux neuronaux artificiels qui permettent aux chatbots d’informer clients et prospects 24h/24h, en toutes langues. La personnalisation est optimisée grâce aux algorithmes de recommandation. Une révolution basée sur la collecte des données qui offre une connaissance intime des clients, de leurs préférences en matière de matelas ou de transports à leurs goûts culinaires, mais pas seulement.

La plateforme cloud de TWILIO permet aux entreprises d’interagir avec leurs clients en intégrant des fonctionnalités de communication aux applications mobiles. Par exemple, des compagnies aériennes ou Airbnb ont été en mesure de prévenir les usagers de l’annulation de leur vol ou séjour pendant la pandémie grâce à la plateforme de TWILIO intégrée à leurs systèmes, tout comme de déployer des milliers de « bots » afin de répondre en temps réel et à tout moment aux questions des usagers. Autre exemple avec AMADEUS, entreprise espagnole à l’origine du premier système informatisé mondial de réservation de voyages, qui propose aux compagnies aériennes des solutions d’IA afin de limiter l’impact environnemental des vols, d’estimer le carburant nécessaire pour un vol spécifique en utilisant algorithmes et données historiques et ainsi économiser le fuel, réduire le poids de l’avion et donc ses émissions de CO2. Avec l’UNICEF, le groupe explore également l’utilisation de l’analyse de ses données de voyage pour contribuer à gérer la propagation des épidémies…

A ce vaste éventail de prestations basées sur l’IA qui façonnent l’industrie du tourisme de demain s’ajoute l’émergence d’une nouvelle tendance, la réalité virtuelle. Certains opérateurs proposent des lunettes virtuelles en guise de catalogue permettant de s’immerger dans le paysage ou dans la smart room et faciliter ainsi la prise de décision… ou les voyages immobiles ?

[1]Rapport de l’OCDE, 2018